L'Union du Cantal 18 janvier 2012 à 11h31 | Par P.Olivieri

Délinquance et criminalité stables dans le Cantal

Avec 77faits constatés de plus qu’en 2010 par les services de police et de gendarmerie, le Cantal reste un département “calme” sur le front de la délinquance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après un début d’année 2012 marqué il faut bien le dire par des perspectives peu encourageantes avec une relance démographique moins rapide qu’espérée, des annonces de fermetures de classes dans l’enseignement professionnel, adapté ou encore privé qui se succèdent, l’audience de rentrée du tribunal de grande instance d’Aurillac vendredi a presque pris pour certains des allures de sas de réconfort. Car, comme de coutume, avant les désormais rituelles et non moins justifiées doléances quant à la faiblesse des moyens alloués à la justice, c’est une douce musique, celle des chiffres de la criminalité et de la délinquance dans le Cantal, qu’a donné à entendre le procureur Jean-Pascal Violet.
Le nombre de faits constatés l’an dernier progresse légèrement après le recul enregistré en 2010.
Le nombre de faits constatés l’an dernier progresse légèrement après le recul enregistré en 2010. - © P.O.

“Il suffit de quelques affaires de chèques...”

 

Ainsi, à l’heure où les préoccupations sécuritaires reviennent au gré des campagnes électorales, le Cantal fait-il toujours un peu figure de havre de paix : l’an dernier, seuls 3 052 faits - crimes, délits, contraventions de cinquième classe (hors infractions routières) - ont été constatés par les services de police et gendarmerie, soit 77 de plus (+ 2,59 %) qu’en 2010, année qui avait enregistré un recul de 6,17 %. Avec 1 617 faits, les atteintes aux biens restent les infractions les plus courantes, même si elles sont en diminution (- 6,69 %). Le nombre d’atteintes volontaires contre l’intégrité des personnes (400 faits) est lui quasiment stable par rapport à 2010 de même que les cambriolages, dont le procureur a rappelé qu’ils faisaient l’objet d’efforts conséquents de la part des services d’enquête, en termes de prévention et d’élucidation (272 cambriolages en 2011 contre 279 l’année auparavant). Ce sont finalement les escroqueries et autres infractions économiques qui sont en forte recrudescence avec 109 nouveaux faits constatés (+ 34,5 %). Une inflation qu’il convient cependant de nuancer : “Il suffit d’élucider quelques affaires de chèques”- a ainsi précisé le procureur - pour exploser les statistiques. Enfin, ici comme ailleurs, l’entrée en vigueur de la loi du 14 avril 2011 relative à la garde à vue s’est traduite par une nette diminution du nombre de personnes ­gardées à vue - hors délinquance ­routière (328 contre 397 en 2010). Si la délinquance stagne voire ­diminue dans le département, le taux d’élucidation des affaires continue lui de progresser, le Cantal dépassant allègrement en la matière les ­objectis nationaux avec 53 % de faits ­élucidés en zone police et près de 58 % en zone gendarmerie. Ce qui a valu ­vendredi aux services d’enquête les félicitations du procureur.

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui