L'Union du Cantal 14 février 2018 à 17h00 | Par P.Olivieri

De la ferme virtuelle aux missions en Guyane

Une vaste palette de formations et métiers, dont ceux en tension, pour aider les jeunes dans leur parcours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Présentation des métiers et filières de formation au Prisme d’Aurillac, jeudi 8 février.
Présentation des métiers et filières de formation au Prisme d’Aurillac, jeudi 8 février. - © PO

Les métiers de l’agriculture étaient représentés en force jeudi au huitième forum des métiers, organisé pour la première fois au Prisme à Aurillac par la CCI. Et le moins qu’on puisse dire est que les animations proposées ont attiré ados et lycéens, montrant une image dynamique et moderne de la profession. Sur le stand des JA délimité par des bottes de paille, succès garanti avec la dégustation de cantal et saint-nectaire AOP, la roue de la fortune sur les filières agricoles, le quizz sur les morceaux de viande à localiser sur une maquette de vache et, top du top, un casque de réalité augmentée permettant de s’immerger dans le quotidien d’un éleveur. Un outil mis à disposition par la FNSEA en avant-première pour le forum cantalien. Si les échanges se sont engagés avec des élèves des établissements agricoles, ils ont aussi été noués avec des jeunes extérieurs au cursus agricole.

2 500 visiteurs

Autre secteur en plein recrutement : celui des transports avec l’entreprise Olano-Ladoux qui proposait de découvrir l’intérieur de la cabine d’un camion. Succès assuré auprès des garçons, mais sans doute insuffisant au yeux de Bruno Bos, formateur au sein du groupe qui possède sa propre école d’apprentissage en transport-logistique : “Ils sont attirés par le camion mais moins par le métier. Pourtant, sur le seul site d’Aurillac, il nous faudrait une dizaine de chauffeurs en plus...” Impossible de les rater : les différentes composantes des forces de l’ordre et de sécurité, avec un simulateur de conduite, des armes et équipements spéciaux... Parmi les militaires mobilisés pour cette opération “promotion” : un des adjudants de l’escadron de gendarmerie mobile d’Aurillac ne tarit pas d’arguments auprès des jeunes. “On a un métier passionnant avec une unité qui bouge beaucoup, en déplacement 220 jours par an, en métropole et en Outre-Mer. Et puis on gagne bien notre vie”, fait valoir le gendarme. Après une mission à Tahiti l’an dernier, relativement calme, en renfort des brigades de l’île et de l’atoll, une partie de l’escadron s’apprête à partir pour trois mois en Guyane pour une mission Harpie destinée à lutter contre l’orpaillage illégal. L’escadron peut par ailleurs être appelé en renfort saisonnier dans les stations de ski, sur les bords de plage, lors de manifestations... Passage obligé pour l’intégrer : s’inscrire au concours d’entrée à l’une des écoles de sous-officiers, en choisissant la subdivision gendarmerie mobile et décrocher son certificat d’aptitude physique. Moins dépaysants, les métiers du bois avec le lycée Joseph-Constant de Murat dont deux élèves de Bac pro constructeur bois œuvraient outils en main à la fabrication d’une maison en bois miniature. “Il y a une très forte demande des entreprises, indique un de leurs formateurs. Un événement comme ce forum a toujours un impact mais pas quantifiable.” Pour cette édition 2018, quelque 2 500 participants (élèves, étudiants mais aussi parents), ont été recensés. Nul doute que certains auront trouvé leur voie.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui