L'Union du Cantal 27 décembre 2011 à 12h48 | Par Renaud Saint-André

DDCSPP - Ils traquent erreurs, fautes ou fraudes au profit du consommateur

Les agents des fraudes et ceux des services vétérinaires sont regroupés en une seule direction départementale qui compte parmi ses missions la défense du consommateur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En voilà qui ont l’œil particulièrement aiguisé. Ces spécialistes savent dénicher le détail qui échappe souvent au consommateur, mais aussi au distributeur, et qui peut s’avérer une tromperie, une erreur, voire qui peut engendrer un danger. S’ils se déplacent par deux, c’est que l’un est plutôt dans le domaine hygiène et sanitaire, l’autre dans celui de la tricherie, la publicité mensongère ou le manque d’information légale sur l’étiquetage, par exemple. Ce sont les contrôleurs de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations, qui agissent les uns au titre de la DGCCRF (concurrence, consommation et répression des fraudes qui dépend du ministère de ­l’Économie), les autres au nom de la DGAL (direction générale de l’alimentation, chapeautée par le ­ministère de l’Agriculture). Pendant la période de fête, à l’heure des réveillons, leur vigilance est accrue, notamment sur les denrées ­alimentaires fraîches.
Visite de terrain, après consultation de documents publicitaires; sur place, contrôle de conformité, d’hygiène, de température, de traçabilité...
Visite de terrain, après consultation de documents publicitaires; sur place, contrôle de conformité, d’hygiène, de température, de traçabilité... - © R.-S.A.

Plutôt bon élève

 

Le Cantal n’est certes pas exempt de tout reproche, mais les chefs de services reconnaissent un volet “hygiène alimentaire plutôt bien” et “une vigilance des producteurs tout à fait satisfaisante”. En outre, seuls trois Tiac (Toxico-infection alimentaire collective) ont été relevées l’an dernier. C’est peu au regard des 1 860 restaurants et traiteurs auxquels s’ajoutent 400 autres points de restauration collective (écoles, maisons de retraite, etc.). Un résultat qui s’explique sans doute aussi pour partie par la pression exercée par les douze contrôleurs qui sillonnent le Cantal. Près de 800 inspections sont réalisées tous les ans. Une “note de risque” détermine la fréquence des contrôles en fonction des produits. Parmi ceux reconnus sensibles, les steaks hâchés comme en produit Covial à Aurillac, qui imposent des visites répétées. Petites ou grandes entreprises s’exposent en cas de faute grave à des sanctions qui vont d’une simple notification d’information réglementaire à des peines d’emprisonnement pour des délits, en passant par une fermeture administrative ou des amendes pouvant atteindre les 37 500 €. Mais depuis peu, une autre forme de commerce retient l’attention des inspecteurs : la vente par correspondance sur Internet. Si une plainte est enregistrée dans le Cantal, la DDCSPP vérifie qu’elle est justifiée avant de transmettre le dossier pour enquête à leurs collègues des départements où sont situés les sièges sociaux des entreprises incriminées. Aucun professionnel ne peut prétendre s’affranchir des règles ou échapper aux contrôles... afin que soit garantit au consommateur une forme de sûreté, plutôt bien accueillie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui