L'Union du Cantal 25 novembre 2003 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Conflit Centre-lait / 3A - Un ancien ministre appelé au chevet de la filière lait

Philippe Vasseur, ancien ministre de l´Agriculture, a accepté de venir "expertiser" le conflit 3A/Centre-Lait et, au delà, la filière laitière départementale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

 

Le préfet du Cantal, le président du Conseil général et le président de la Chambre d´agriculture ont demandé à Philippe Vasseur, ancien ministre de l´Agriculture, aujourd´hui retiré de la vie politique (il préside actuellement un groupe bancaire du Nord de la France) de venir dans le département pour se pencher sur le conflit 3A/Centre-Lait et, au delà, "expertiser" la filière laitière départementale afin d´identifier des pistes d´avenir. M. Vasseur est attendu avant la mi-décembre dans le Cantal, où il doit rencontrer non seulement les protagonistes du conflit (3A comme Centre-Lait auraient accepté de le recevoir), mais également d´autres acteurs de l´économie laitière.

La médiation de la dernière chance

"C´est un peu la médiation de la dernière chance", lâche Alain Rigolet, préfet du Cantal, en expliquant que c´est bien le conflit 3A/Centre-Lait qui a motivé cette démarche. "Mon prédécesseur s´était fortement impliqué dans ce dossier, en vain. Comme nous pensons que la solution ne sortira probablement pas des prétoires, j´ai proposé aux présidents du Conseil général et de la Chambre d´agriculture de faire appel à une personnalité de très haut niveau, incontestable, connaissant bien l´agriculture comme le monde de l´entreprise, impartiale, et susceptible d´avoir de l´extérieur une approche économique de ce dossier pour trouver des solutions au conflit", indique le préfet. En précisant que, si l´Etat n´a pas à priori vocation à intervenir dans un conflit entre deux sociétés privées, il a décidé de le faire parce que celui-ci "compromet gravement l´avenir de la filière laitière départementale et a des conséquences économiques graves qui, elles, interpellent réellement le représentant de l´Etat".

Pour une meilleure valorisation

Mais la mission de M. Vasseur ne s´arrêtera pas là, s´empresse d´ajouter Alain Rigolet : "Elle portera également et surtout sur l´avenir de la filière laitière dans le Cantal et la recherche d´une meilleure valorisation"... "qui doit profiter à tout le monde, transformateurs mais aussi producteurs", complète Vincent Descoeur, président du Conseil général, qui juge la situation de la filière laitière départementale "préoccupante, fragilisée qu´elle est par un conflit qui n´a que trop duré". "Philippe Vasseur ne sera pas un médiateur, mais plutôt un expert qui viendra analyser les raisons d´un conflit et le replacer dans une perspective économique, de manière à repérer peut-être les moyens qui permettront d´en sortir", reprend Louis-François Fontant, président de la Chambre d´agriculture. "On ne lui demandera pas de dire qui a gagné ou perdu, mais quel est le meilleur moyen de valoriser le lait du Cantal", insiste-t-il, jugeant que les acteurs départementaux "n´ont plus le recul suffisant pour analyser sereinement les vrais enjeux", au sein d´une filière laitière "clairement bloquée aujourd´hui dans la construction de son avenir par ce conflit d´entreprises".

 

L´essentiel du débat est détaillé dans L´UNION du mercredi 26 novembre 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui