L'Union du Cantal 21 octobre 2003 à 00h00 | Par Frédéric Pigot

Concours d´AOC - Le plateau de fromages du Massif central

Onze fromages d´appellation d´origine contrôlée étaient en compétition le 18 octobre à Riom-ès-Montagnes. 47 trophées ont été décernés. Avec un bio et un autre issu de la traite unique, les salers jouent la différence…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Habituée des concours de fromages salers qu´elle accueille tous les deux ans, la ville de Riom-ès-Montagnes vient de recevoir celui des onze appellations d´origine contrôlée du Massif-Central. 150 producteurs étaient en compétition avec plus de 600 fromages qu´une cinquantaine de juges devaient départager. Ces bleus d´Auvergne, salers, fourmes d´Ambert, rocamadours, pélardons, cantals, roqueforts, laguioles, saint-nectaires, fourmes de Montbrison et bleus des Causses représentent 67 000 tonnes, 40 % de la production fromagère française, 68 coopératives ou industriels, 64 affineurs, 693 producteurs fermiers et 8 663 producteurs laitiers.

Ensemble pour réussir

Au nom de l´Association des fromages d´Auvergne (Afa), Michel Veschambre, président du Comité interprofessionnel des fromages (Cif), a remercié les partenaires de ce concours, la commune et le syndicat du bleu d´Auvergne, qui ont tout particulièrement oeuvré au bon déroulement de cette manifestation avec le soutien des équipes du saint-nectaire et du Cif. En évoquant cette entraide, Michel Veschambre a déploré une tendance à ignorer ses atouts et à ne pas mettre suffisamment ses points forts en avant. En constatant que le cantal n´est pas le premier de la classe, il a rappelé que ce n´est pas le cas du salers qui se retrouve en tête grâce à des conditions de production fortes comme la gerle ou l´alimentation.

Soyons fiers !

"Soyons-en fiers, et que tous ceux de chez nous en soient les premiers défenseurs", a lancé le président du Cif avant d´indiquer que, dans la tourmente de l´OMC, les fromages d´Auvergne auront bien besoin des tonnages, du savoir-faire commercial, de la maîtrise de la technologie des autres appellations. ¿ son tour, Bernard Filhol, vice-président du Conseil régional, s´est demandé pourquoi un certain nombre de ces fromages n´ont pas une meilleure valorisation en appelant de ses voeux que ces produits soient mieux reconnus à l´échelle nationale. Pierre Fouillade, conseiller général du canton de Riom-ès-Montagnes, a rappelé que de laisser tomber les fromages reviendrait à laisser tomber une part importante du développement.

Le résultat complet du concours et un point sur l´AOC salers, à lire dans L´UNION du mercredi 22 octobre 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui