L'Union du Cantal 18 février 2014 à 08h00 | Par P. Floric / APAP

Commerces ambulants - Au bout de la route sineuse, la discussion s’engage au dos du camion

Malgré l’hécatombe des commerces de la vallée du Mars, des irréductibles continuent de ravitailler les villages de la Combe au volant de leur camion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Ils sont peu nombreux, mais leur venue est toujours appréciée. “On ne pourrait pas sans passer !”, confient souvent les habitants. Dans l’arrondissement de Mauriac, la Chambre du commerce et d’industrie comptabilise seulement 21 commerçants ambulants. Sur le secteur, ils participent activement à la préservation des habitations dans les zones reculées. “Dans la vallée du Mars, nous avons la boucherie Magne de Saint-Martin-Valmeroux, la boulangerie Calvagnac d’Anglards-de-Salers, le primeur Mme Robert de Trizac, et l’épicerie Vival du Falgoux qui effectuent des tournées”, précise la mairie de Saint-Vincent-de-Salers.

Jules, client, et Joachim, épicier ambulant, effectuant un brin de causette à l’arrière du camion.
Jules, client, et Joachim, épicier ambulant, effectuant un brin de causette à l’arrière du camion. - © PF /APAP

Rendre service avant tout

“Ce n’est pas pour l’argent que nous faisons toutes ces tournées”, explique Joaquim Dos Santos qui effectue trois déplacements hebdomadaires pour une clientèle restreinte avec son camion du Vival du Falgoux. “C’est surtout pour rendre un service !” Ainsi, les mardis et vendredis, il approvisionne les habitants de la vallée du Mars, “et le jeudi, je m’occupe de l’autre vallée (celle de la Maronne), de Récusset à Fontanges ; puis une fois tous les 15 jours je pousse jusqu’à Longevialles”. Une moyenne de 40 kilomètres effectués à chaque tournée, que Joachim Dos Santos est heureux de parcourir. D’ailleurs, Jules, un fidèle client, habitant Saint-Vincent-de-Salers, témoigne de la nécessité de conserver les commerces ambulants : “Ces dernières années, tout a fermé ! C’est dire, ici il ne reste plus que la mairie, donc on est content quand passe un camion !” À bientôt 84 ans, Jules a ses habitudes. “Moi, à chaque passage de Joaquim, je prends un sac de nourriture ce qui m’évite d’aller à Mauriac.” Il ajoute en souriant : “Comme, je n’ai pas de voiture, c’est bien pratique !” Et quand il manque quelque chose ou qu’un client veut un produit particulier, il suffit de passer commande. “J’ai pas mal de produits dans le camion, mais je me suis surtout adapté aux besoins des clients et quand ils ont une demande bien précise, je m’arrange avec mon fournisseur”, confie l’épicier ambulant qui aime satisfaire ses clients dont la plupart sont à la retraite.

 

Des amis

“Tiens, v’là Georgette qui file avec son camion”, indiquent Jules et Joaquim, car c’est par leur prénom qu’ils s’appellent. Plus qu’un rapport de marchand à clients, les ambulants de la vallée du Mars entretiennent des relations privilégiées avec les habitants de. “Ils nous font confiance et certains sont devenus des amis.” Georgette Calvagnac, travaille depuis 50 ans pour la boulangerie Calvagnac et effectue des tournées depuis les années 80. “On est toujours très attendu par les habitués, mais pour que les tournées puissent continuer longtemps, il faudrait qu’il y ait encore plus de clients.” À 70 ans, Georgette entend souvent les gens lui demander : “Vous n’allez pas arrêter, hein ? Vous continuerez la tournée ?” À ceci, elle répond : “Tant que je pourrai, je le ferai”, car commerçante dans l’âme, Georgette aime arpenter la vallée à camion, mais doute seulement qu’un jour quelqu’un reprenne sa place.

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui