L'Union du Cantal 30 janvier 2019 à 13h00 | Par R. SAINT-ANDRE

“Collèges morts” pour une rentrée saine

Les collèges ruraux ne veulent pas d’une réforme qui les condamnerait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour eux, pas question de ne pas réagir, de ne rien faire, de ne rien dire. Les responsables, professeurs et personnels des collèges ruraux du département - rejoints d’un ou deux élus et de quelques parents d’élèves - ont choisi le jeudi 24 janvier pour, ensemble, dénoncer les mesures envisagées. Parmi eux, Condat, Allanche et Saint-Cernin étaient totalement à l’arrêt(1), d’où le nom de “journée collèges morts”. Leurs craintes ? Si dans le secondaire on ne parle pas en “nombre de postes” mais en “dotation horaire”, le résultat est le même : avec - 25 % pour les collèges de moins de 80 élèves, ce sera forcément moins de profs à la rentrée. Car ceux qui resteront devront assumer des cours sur deux établissements, voire davantage. Quant à l’idée de “fusionner” sur quelques heures les matières de plusieurs niveaux, elle a tout bonnement mis le feu aux poudres. Pour eux, c’est le début de la fin. Alors, les collèges concernés ne se sont pas contentés de déployer des banderoles, mais donnent une suite à leur mouvement.

Manifestation devant l’Inspection académique, jeudi dernier.
Manifestation devant l’Inspection académique, jeudi dernier. - © R.S.-A

En action

Le collectif appelle à un boycott des conseils pédagogiques qui viseront à préparer la rentrée sur ces bases ; à boycotter également les commissions permanentes ayant pour ordre du jour la préparation de la rentrée 2019 ; à voter contre la répartition de la dotation horaire globale (DHG) telle qu’elle est présentée ; à ce que les conseils municipaux prennent une délibération pour s’opposer aux baisses de dotation des établissements... Il invite même l’ensemble des professeurs principaux à démissionner de leur attribution. “Il s’agit de marquer notre opposition à cette logique d’économie budgétaire, sans considération humaine”, mentionne Antoine Lemoine, prof de maths à Allanche et porte-parole du mouvement. (1) Pleaux est également concerné, ainsi que Pierrefort, mais ce dernier a préféré se retirer de ce mouvement, considérant que ses propres revendications avaient été entendues.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui