L'Union du Cantal 14 janvier 2003 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

"Coach Cantal" 2003 - Biovitis remporte le titre

Le titre de "Coach Cantal" 2003 a été décerné à Gérard Peyrac, directeur général de la société Biovitis de Saint-Etienne-de-Chomeil (canton de Riom-ès-Montagnes). Une entreprise industrielle à la reprise de laquelle il a contribué pour en faire une PME performante et innovante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"Créer et relever des défis ; créer la confiance ; développer des talents ; innover ; penser le futur ; développer une vision et la faire partager" : c´est sur ces critères que le "Coach Cantal", un prix décerné par la Chambre de commerce et d´industrie, est attribué. Le lauréat 2003 a été choisi par les trois précédents "Coach" : Sébastien Pissavy, PDG de l´Odyssée Interactive (Aurillac), Fabrice Delaforges (Sport-Evénement à Rézentières) et Gérard Escot (Aurillac). Gérard Peyrac, directeur du site Biovitis de Saint-Etienne-de-Chomeil (canton de Riom-ès-Montagnes), a reçu son prix lundi des mains du préfet, lors de la cérémonie des voeux aux entreprises de Bernard Bouniol, président de la Chambre de commerce et d´industrie.Biovitis a fait parler d´elle en 2000 lorsque le groupe Hansen, dont elle faisait partie, a décidé d´abandonner son site de Saint-Etienne-de-Chomeil, qui employait une trentaine de salariés. Un projet de reprise s´est alors fait jour, sous l´égide de la société Biovitis, dont Greentech (Clermont-Ferrand) est devenu actionnaire majoritaire. A sa tête, Gérard Peyrac, originaire de Riom-ès-Montagnes et salarié de l´unité depuis 1975.Culture et production de micro-organismesL´entreprise est spécialisée dans la production de ferments d´affinage et aromatiques, un contrat d´exclusivité la liant avec le groupe Hansen, qui a ainsi permis la poursuite de l´activité. Elle fabrique aussi des produits fertilisants pour les grandes cultures ou les cultures spécialisées et développe ses activités dans le domaine de l´environnement : ainsi, Biovitis travaille avec le groupe Saur à la mise au point d´un procédé utilisant des micro-organismes pour réduire les boues des stations d´épuration (jusqu´à 30 % du volume). Elle a aussi construit avec deux coopératives du Sud-Ouest et du Morbihan deux stations pilotes de traitement du lisier utilisant des micro-organismes pour réduire les nuisances olfactives du lisier et diminuer les quantités de phosphore qu´il contient. Une invention qui pourra s´avérer très utile pour les agriculteurs. Avec ces deux coopératives, Biovitis a créé une filiale, baptisée "Humicolae", qui commercialisera ce procédé dès 2003.Dans un atelier de 3 000 m2, Biovitis emploie actuellement 16 personnes et compte encore développer ses activités dans les années qui viennent.Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 11 janvier 2003

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui