L'Union du Cantal 05 septembre 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Bilan de fréquentation d’un festival... “indestructible”

Près de 100 000 festivaliers qui débarquent l’espace de quelques jours sur une ville de 30 000 habitants est un phénomène qui engendre un impact important sur l’économie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le bilan était dressé par les élus de la commune, de la Caba et le directeur artistique du festival. La CCI a réalisé pour sa part une enquête auprès de ses ressortisants.
Le bilan était dressé par les élus de la commune, de la Caba et le directeur artistique du festival. La CCI a réalisé pour sa part une enquête auprès de ses ressortisants. - © R. S.-A.
Les services techniques de la ville d’Aurillac et de la communauté d’agglomération font un travail formidable durant le Festival international de théâtre de rue. Les élus locaux tiennent chaque année à les mettre à l’honneur au cours d’une cérémonie qui permet également de dresser le bilan “à chaud” de la fréquentation et des retombées économiques. C’est l’hébergement qui sert de baromètre fiable et qui permet de mesurer la tendance d’une année sur l’autre. Le camping de La Ponétie accuse une baisse, passant de 3 800 à 3 340 campeurs environ. Le maire d’Aurillac tente d’expliquer ce résultat décevant, d’une part par une météo déplorable les deux premiers jours, d’autre part par une grève inopinée des agents SNCF. Il ajoute que du camping “sauvage” s’est développé cette année ici ou là, notamment sur les berges de la Jordanne. Le même constat est fait par les responsables du camping communautaire de l’Ombrade qui réalise - 3 % d’entrées.
Mercredi et jeudi en berne, record le samedi

Un autre indicateur est en baisse, celui du tonnage des ordures collectées : - 3 tonnes. Là encore, une explication rationnelle à cet état de fait : le verre - très lourd - a fait l’objet d’une interdiction sévère sur la voie publique. Car Alain Calmette fournit aussi des chiffres qui plaident en faveur du maintien global de fréquentation de cette 22e édition. Les navettes qui conduisent les usagers des parkings gratuits (et les piétons) sur les lieux de spectacle ont enregistré une hausse sensible, jusqu’à 78 000 voyageurs transportés. Autre signe d’encouragement, les paiements par carte bancaire et les retraits dans les distributeurs automatiques de billets sont du même niveau que les années précédentes, du moins selon le Crédit agricole. En résumant, le maire estime que le mercredi et le jeudi ont été pénalisés par une météo capricieuse, mais parle d’un retour à la normale le vendredi, et même d’un record d’affluence le samedi. La Chambre de commerce et d’industrie du Cantal, qui se réfère à une enquête précise auprès de ses ressortissants, émet un avis mesuré sur les retombées économiques de la manifestation. Prudente, la CCI rappelle en préambule qu’il est “difficile de présenter de manière fiable le chiffre d’affaires généré par le festival”. Bien que difficiles à apprécier, les retombées semblent relativement contrastées en fonction des lieux et des types d’activités. Par exemple, concernant l’hôtellerie, le décalage d’une semaine par rapport au calendrier de l’année dernière a permis de prolonger la saison (car la semaine du 15 août reste traditionnellement une semaine de fréquentation importante, même sans festival).
Des résultats “satisfaisants”

En revanche, un certain nombre d’activités d’équipement de la personne, notamment et particulièrement en centre-ville, subissent un ralentissement. Ce phénomène a d’ailleurs encouragé certains commerçants à... interrompre leur activité cette semaine-là, faute de fréquentation. “Générant ainsi une image d’accueil contrastée”, admet la CCI. Parmi les autres indicateurs intéressants, on note une légère augmentation du chiffre d’affaires moyen généré par les commerces non-sédentaires (75 000 euros),conforme à celle enregistrée par les commerces sédentaires (9 800 euros). Fort de ces éléments, l’étude de la Chambre consulaire conclut à une “légère baisse de fréquentation”, mais s’empresse de préciser que l’économie cantalienne - et surtout le bassin d’Aurillac - profitent pleinement des retombées du théâtre de rue, permettant aux professionnels du tourisme et de la restauration d’afficher des résultats satisfaisants au mois d’août.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,