L'Union du Cantal 02 décembre 2003 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Aux Pays-bas - Une ferme de Quézac décroche un gros marché

Avec la ferme de Bedou, et grâce au Comité départemental de tourisme, on mange français aux Pays-bas !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Voilà un couple qui sait produire, se diversifier, commercialiser, faire des affaires... Au risque d´accepter des paris un peu fous. Ainsi, tout récemment, ces agriculteurs de Quézac ont répondu à un appel d´offres régional pour assurer la restauration d´un salon touristique aux Pays-bas (communément appelés la Hollande). Un événement très important, certifie le Comité départemental de tourisme du Cantal (CDT), qui sera présent sur ce salon international.

1400 repas à préparer

L´espace restauration de la zone France doit être particulièrement soigné. D´une part parce que les normes sanitaires sont particulièrement exigeantes aux Pays-bas ; d´autre part parce que c´est de la vitrine gastronomique de la France dont il est question. Pas question de se tromper, sachant que ce sont environ 1400 repas (200 par jour) qui seront servis du 13 au 18 janvier prochain, date du salon. Bruno et Nadine Beaupère ont mis au menu des produits issus de leur exploitation et transformés par leur soin : foie gras, saucisses, terrines, magrets, confits... Ils se sont adjoints divers partenaires pour présenter un menu complet : Gaec de l´Allée (Vézac) pour le fromage, la ferme Sournac pour le jus de pommes, MM. Hugon et Tardieu pour les miel et confitures servies au petit déjeuner, Julhes pour la truffade et l´aligot, la pâtisserie Sagnes pour les desserts et le pain qui sera cuit sur place, etc.

Une boucherie à Maurs

Ils partiront à 15, dont une partie de leur personnel : M. et Mme Beaupère sont exploitants agricoles et gérants de la société commerciale qui assure la distribution de leurs produits. Ils emploient 5 personnes à la ferme -dont 2 temps pleins- et 6 personnes en atelier et point de vente -dont 4 temps pleins. Un effectif plus important depuis que ce couple entreprenant a investi dans une boucherie au coeur de la cité historique de Maurs. "Nous avions besoin d´un atelier de transformation aux normes. Or justement ce commerce en était équipé", explique Nadine Beaupère. "Alors nous avons repris l´affaire de M. Teulade, avec son personnel. Nous assurons ici la vente de viande fraîche, issue de nos porcs, nos volailles ou de bovins choisis sur pieds et abattus essentiellement à La Roquebrou, ainsi que des conserves que nous confectionnons". Une adresse à retenir pour se faire une idée des saveurs représentant la France à l´étranger.

Pour mieux connaître la ferme de Bedou et le salon d´Ultrecht, rendez-vous en page 7 de L´UNION du samedi 29 novembre 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui