L'Union du Cantal 16 août 2006 à 00h00 | Par Jean-Marc Authié

Attirer les médias étrangers pour exporter l’image du Cantal

Cantal Tourisme se mobilise pour accueillir les journalistes étrangers et faire ainsi découvrir le département et ses habitants au-delà des frontières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le journaliste belge Nazim Alfatli (ici avec Bruno Faure) vient de tourner un reportage sur le Cantal.
Le journaliste belge Nazim Alfatli (ici avec Bruno Faure) vient de tourner un reportage sur le Cantal. - © L'Union du Cantal
Il y a quelques jours, Cantal Tourisme a accueilli un journaliste et deux techniciens de la RTBF, première chaîne de télévision belge, venus tourner durant une semaine un reportage sur le Cantal. Juste derrière les Anglais, la Belgique représente justement 25 % de la clientèle étrangère. Une cible privilégiée pour le Cantal, qui a décidé de développer son image de “Pays vert”. Attirer des journalistes étrangers (télévision, presse écrite...) est donc devenu un enjeu important pour le tourisme en Auvergne, et dans le Cantal en particulier. “Nous avons un tel déficit d’image en France que lorsqu’on nous fait une demande de reportage, nous acceptons volontiers”, explique Bruno Faure, président de Cantal Tourisme. “Nous sommes là pour montrer au public belge ce qu’il y a de plus beau et de plus intéressant, explique Nazim Alfatli, journaliste à la RTBF. Notre magazine, “Télétourisme”, est la plus vieille émission du pays après le journal télévisé. C’est également 25 à 30 % de part de marché pour cet hebdomadaire d’une demi-heure”.

La Belgique aime le Pays vert
Au printemps prochain, Aurillac, Marcolès, Salers, le Puy Mary, le Scénoparc, les burons, les vaches, les fromages ou encore les châteaux seront donc présentés en “prime time” sur les écrans belges. “C’est un panorama du patrimoine, de la gastronomie, des paysages, de la nature et des activités liées qui seront mises en avant. Les Belges sont très friands de sports verts et le Cantal se prête parfaitement à ce qu’ils recherchent”, explique l’animateur télé. Ravi de l’accueil reçu dans le Cantal, Nazim Alfatli ne tarit pas d’éloges sur les Cantaliens, leur sympathie et leur gentillesse. Ce qui n’est pas pour déplaire aux responsables de Cantal Tourisme. “Pour profiter de l’engouement actuel du public pour le tourisme vert, il faut en premier lieu en faire découvrir les richesses naturelles et humaines et donner une image dynamique de son développement”, poursuit Bruno Faure.

Cibler l’Europe du Nord
Fin juillet, le Cantal avait d’ores et déjà accueilli 50 journalistes étrangers, anglais, néerlandais, allemands et espagnols sur différents thèmes : les stations vertes, les châteaux et musées, les sports de pleine nature ou encore la vallée de la Dordogne (suite à la parution du guide Gallimard en anglais). Les habitants d’Europe du nord constitue une cible stratégique car le Cantal, et plus généralement le Massif central, “proposent une nature préservée qu’ils apprécient particulièrement”. Les sujets peuvent même aller au-delà de la promotion touristique, ajoute Cantal Tourisme. Ainsi, les journalistes du magazine néerlandais “Ajuus” sont venus préparer un article sur les possibilités d’installations dans le département”. Enfin, Cantal Tourisme mène actuellement une réflexion pour que chaque Cantalien connaisse son territoire et en devienne l’ambassadeur, contribuant ainsi à mieux faire connaître le département.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui