L'Union du Cantal 25 mars 2009 à 18h01 | Par Charlotte Rolle

Alternance, vie associative et territoires : des spécificités à préserver

La réforme du Bac pro mobilise l’énergie de la fédération régionale des MFR qui compte faire valoir ses arguments.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’assemblée générale de la Fédération des maisons familiales rurales (MFR) d’Auvergne a été une nouvelle fois l’occasion pour les enseignants, les parents et les représentants professionnels des onze MFR de revenir sur les activités de leur fédération. En 2008, cette dernière a mis toute son énergie dans la réforme du Bac pro en trois ans. Réforme dont les conséquences sont, dès cette année, la fermeture “sèche” de quatre classes de Bepa 2 à Marcolès, Mauriac, Saint-Flour et Limoise et deux fermetures de classes de Bac pro CGEA à Escurolle. “Cette réforme sur laquelle nous n’avons pas été consultés a pour conséquence la perte de 80 élèves soit l’équivalent d’une MFR”, s’est indigné Joël Achard.

Renée Beaudonnat, trésorier de la fédération, Joël Achard, président et Michèle Clavaud, secrétaire.
Renée Beaudonnat, trésorier de la fédération, Joël Achard, président et Michèle Clavaud, secrétaire. - © DR

La voie du dialogue malgré tout

Malgré tout, le président a indiqué que la fédération d’Auvergne avait fait le choix du dialogue avec l’administration afin “de défendre jusqu’au bout la finalité des MFR qui est d’offrir aux familles un cycle complet de formation en milieu rural. Cet argument est essentiel pour nous, car nous ne voulons pas être fondus dans un moule mais reconnus pour notre spécificité pédagogique en alternance, notre base associative et nos liens avec le territoire”. Invité à s’exprimer sur le sujet, Hubert Goglins, du service formation et développement de la Direction régionale de l’agriculture et de la formation (Draf), a rappelé l’objectif de la réforme : favoriser le passage du plus grand nombre au Bac pro. “Le souhait de la Draf est de préserver le maillage territorial  et de renforcer certaines spécialisations au sein des établissements”. Hubert Gogelins fait référence à “l’organisation en réseau : sans regroupement là où cela peut se faire, nous aurons du mal à continuer à faire vivre 30 établissements en Auvergne.”

Une première MFR accompagnée au Cameroun

Une réforme qui n’empêche pas la fédération régionale de poursuivre ses activités d’animation, de service et d’appui aux MFR d’Auvergne. Elle accompagne et représente ainsi chacune d’entre elles auprès des différents partenaires. À l’international, la fédération a piloté sur trois ans un partenariat avec le Cameroun visant à la création d’une première maison familiale. L’année 2008 a été la dernière phase du programme. Même si le bilan reste mitigé avec notamment des difficultés de fonctionnement au sein de la nouvelle MFR camerounaise, la fédération régionale affiche sa volonté de poursuivre le partenariat avec ce pays. “Le suivi est difficile  mais une équipe de moniteurs s’est constituée au fil de ces trois années, nous devons continuer à les aider”, a déclaré Joël Achard. Par ailleurs, les onze MFR d’Auvergne organisent leurs portes ouvertes le samedi 28 mars.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui