L'Union du Cantal 25 février 2003 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Alain Marleix évoque la Pac - "Ne pas céder à la panique"

Parce qu´il estime que les agriculteurs cantaliens sont mal informés du fonctionnement de l´Europe et de la position des Etats quant aux propositions de révision de la politique agricole commune, le député Alain Marleix a tenu une conférence de presse pour réaffirmer qu´il n´y aura pas de réforme contrainte et forcée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Opéra de Rouen
"Pas de catastrophisme !" implore le député Marleix, chargé de l´agriculture au Conseil général. "On entend tout et n´importe quoi à propos de la Pac (Politique agricole commune)", constate l´élu de Massiac. Au cours d´une conférence de presse, vendredi dernier, Alain Marleix a donné le sentiment de vouloir remettre les pendules à l´heure.Proposition n´est pas décisionPour lui, rien n´est fait. D´une part, il ne peut pas y avoir de réforme avant 2006, le traité de Berlin faisant foi. "En droit, un traité est supérieur à une loi nationale, supérieur à des directives européennes", affirme-t-il. D´autre part, les propositions de la commission européenne, soient-elles de Franz Fischler, restent des propositions qui, de surcroît, n´ont pas l´assentiment du conseil des ministres. "La commission propose, le conseil dispose", résume-t-il. "Ce conseil des ministres européens est le seul habilité à décider, répondant au principe que les décideurs sont les payeurs", argumente le député. Pour qu´un texte soit adopté, il faut une majorité qualifiée. Le vote des Etats les plus puissants ont plus de poids. "Or, 11 des 15 Etats, et pas des moindres, sont opposés à une réforme anticipée, et sont opposés aux propositions de Fischler". De même, M. Marleix tient à tordre le cou à une autre idée reçue : une Europe à 25, ce n´est pas diviser le gâteau des 15 en davantage de parts… Le gros et le petit gâteau"Là encore, ce qu´on raconte est faux. D´abord le gâteau va augmenter jusqu´en 2013, ensuite les 10 nouveaux pays ne pourront pas piocher dedans", image-t-il. Actuellement, le budget agricole européen annuel représente 45 milliards d´euros à se partager entre les 15 pays membres. Il pourrait augmenter d´environ 1 % tous les ans. Parallèlement, les 10 (petits) pays qui vont rejoindre la communauté européenne auront un autre budget de 2 milliards d´euros par an, durant une période probatoire de 6 ans. Enfin, sur un éventuel découplage des aides, le parlementaire cantalien, rapporteur du budget de l´agriculture à l´assemblée nationale, remarque que même le Premier ministre suédois admet que "ce serait un premier pas vers le démantèlement de la Pac". Selon Alain Marleix, le découplage n´est pas imposé par les négociations relatives à l´Organisation mondiale du commerce, et la plupart des Etats n´en veulent pas. "Pour le Cantal, cela signifierait que les exploitations ne seraient viables qu´à partir de 200 hectares", convient-il. Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 26 février 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,