L'Union du Cantal 05 juillet 2007 à 00h00 | Par P.Piganiol

Airlinair confirme son intérêt pour la ligne Aurillac-Paris

La ligne aérienne Aurillac-Paris n’existe que grâce à des subventions de l’État et des collectivités. Rencontre avec la compagnie Airlinair, qui dessert Aurillac depuis 2002.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lionel Guérin, PDG de la compagnie Airlinair, qui a bâti son succès sur l’avion ATR.
Lionel Guérin, PDG de la compagnie Airlinair, qui a bâti son succès sur l’avion ATR. - © L'Union du Cantal
La ligne aérienne Aurillac-Paris fait régulièrement l’objet de critiques. Lionel Guérin, PDG d’Airlinair, la compagnie régionale qui assure cette liaison depuis 2002, s’en étonne. Sans nier les retards et dysfonctionnements “inhérents aux aléas du transport aérien régional”, il aligne des chiffres qui tendraient à prouver que la qualité du service est bonne. Et assure que la ligne aurillacoise “n’est pas plus mal traitée qu’une autre”. Tout en affirmant l’intérêt de sa compagnie pour cette liaison d’aménagement du territoire. Il annonce d’ailleurs qu’Airlinair sera candidate au prochain appel d’offres (en 2008) ainsi que le remplacement à terme de l’avion en place par un turbopropulseur plus rapide et plus silencieux. Las des polémiques, Airlinair a invité quelques journalistes cantaliens à découvrir les coulisses du fonctionnement d’une jeune compagnie aérienne que Lionel Guérin a créée de toutes pièces en 1999.
Structurellement déficitaire
Rungis, à quelques kilomètres de l’aéroport d’Orly : c’est là, dans une immense zone d’activités, qu’est situé le siège social d’Airlinair. La “petite” compagnie emploie 450 salariés, dont quelque 280 pilotes et personnels navigants. Elle gère une flotte de 24 avions qui ont transporté l’année dernière plus de 800 000 passagers au rythme de 130 vols par jour. Au cœur du système, un centre de contrôle qui règle sept jours sur sept, 24 heures sur 24, le ballet des avions. Parmi les lignes régulières régionales gérées par Airlinair, celle d’Aurillac est la plus petite en nombre de passagers. Elle fait partie des liaisons dites “d’aménagement du territoire”, pour lesquelles la compagnie attributaire, retenue après un appel d’offres européen pour une durée de trois ans, est soumise à une obligation de service public (OSP). “Ce sont des lignes qui, du fait d’un trafic insuffisant, sont structurellement déficitaires. Les grandes compagnies s’en sont détournées à partir de 1992, suite à la libéralisation de l’espace aérien européen”, explique Lionel Guérin.

Attaché à la ligne
Si la compagnie n’atteint pas les objectifs de fréquentation, elle en est de sa poche, le déficit prévisionnel fixé dans l’appel d’offres correspondant à un maximum non renégociable. Pour autant, Airlinair se dit attachée à cette ligne : “Si nous ne l’avions plus, nous devrions tout de suite la remplacer par une autre ligne au départ de Paris pour des raisons d’équilibre financier”, avoue Lionel Guérin, en expliquant qu’il postulera lors du prochain appel d’offres (il était resté seul en lice lors du précédent). Mais, malgré les subventions publiques, le prix du billet reste élevé. “Si on augmente trop les tarifs, on perd les séniors et la clientèle des particuliers. Si on les baisse, c’est le déficit qui se creuse”, commente le PDG. Diminuer le déficit en utilisant un avion de 19 places plutôt que 48 comme actuellement ? “Partout où le 19 places est passé, la ligne a trépassé”, rétorque Lionel Guérin, “car on n’attire plus alors qu’une clientèle d’affaires, qui doit payer le billet au prix fort”, dit-il. “Y’a qu’à Aurillac qu’on a ces polémiques”, répond-il enfin quand on l’interroge sur les dysfonctionnements de la ligne. “La régularité annuelle “cause compagnie” est à mai 2007 de 99,32 % contre 99,21 % sur l’ensemble de notre réseau”, se défend-il. “D’ailleurs, l’OSP nous oblige à une certaine qualité de service en-dessous de laquelle nous subissons des pénalités”, poursuit le PDG, en précisant que la livraison récente d’un avion de réserve devrait permettre d’améliorer encore la régularité.

Un déficit financé par l'Etat et les collectivités 
L’État a créé un fonds de péréquation, le Fiata (Fonds d’intervention pour les aéroports et le transport aérien) qui, alimenté par une taxe perçue auprès des passagers des transports aériens, finance le fonctionnement de 79 “liaisons d’aménagement du territoire”. Airlinair en gère cinq, dont celle d’Aurillac, la seule à bénéficier d’une participation majorée du Fiata à son déficit. Lionel Guérin aligne les chiffres : à 100 euros la place en moyenne, les 18 000 passagers prévisionnels représentent une recette commerciale de 1,8 million d’euros ; alors qu’Airlinair chiffre le coût du service à 4,3 millions d’euros. Reste un déficit annuel de 2,5 millions d’euros, financé à hauteur de 1,3 million par l’État, et pour le reste par les collectivités locales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui