L'Union du Cantal 02 novembre 2011 à 10h10 | Par CHRISTIAN FOURNIER

Agri emploi - L’activité du groupement ne cesse de progresser

Le groupement d’employeurs Agri emploi Cantal est en plein développement. De onze adhérents à sa création, il en compte aujourd’hui 104…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’association Agri emploi 15, en assemblée générale lundi à Laveissière, a donc fait le bilan de son activité et il est plutôt positif, puisque la demande en main d’œuvre ne cesse de croître, ce qui traduit le bien-fondé de ses objectifs que rappelait l’animatrice de l’association, Annie Soulier : “Mettre à la fois à la disposition des employeurs, une main d’œuvre complémentaire, mais aussi, satisfaire les salariés en termes de temps de travail. C’est pour les agriculteurs qui le souhaitent, une formule très souple, avec pour seule contrainte un engagement annuel.” Toutes les formalités administratives sont du ressort de l’association. Limite de l’exercice, le domaine d’Agri emploi 15 ne concerne ni les remplacements pour maladie, ni les accidents, ni les décès mais, et c’est moins connu, l’association s’adresse aussi aux artisans et collectivités. En effet, un salarié du groupement qui justifie d’une activité à 50 % de nature agricole, peut très bien compléter totalement ou partiellement son temps de travail avec ces autres activités.”
Marie Lacombe (FDSEA et FDGEAR) a présenté aux adhérents l’enquête du Pôle agricole et rural (ici aux côtés de A. Soulier).
Marie Lacombe (FDSEA et FDGEAR) a présenté aux adhérents l’enquête du Pôle agricole et rural (ici aux côtés de A. Soulier). - © C.F.

Se faire davantage connaître

 

Cette demande croissante en termes de salariat agricole est une des conséquences d’une évolution de la profession qui était illustrée par l’intervention de Denis Dedieu, chercheur à l’Inra. Le monde agricole a en effet beaucoup changé des années 1960 à nos jours, avec une population qui, de plus en plus, s’aligne sur les autres professions en termes de demande de temps libre, et qui veut disposer comme les autres, de loisirs. La structure doit pour cela être “davantage connue de ceux qui ont du mal à faire face à un surcroît de travail et ceux qui cherchent justement du travail, à temps partiel ou non, sachant que ces derniers doivent néanmoins posséder de vraies compétences agricoles”, indiquait Annie Soulier. Agri emploi Cantal a en outre lancé en 2011 une nouvelle prestation relative aux premières tâches administratives qui, pour le président Michel Combes, a montré “sa raison d’être”. De même que les formations pour répondre aux besoins exprimés, face à “une réglementation exigeante en termes de sécurité mais indispensable”. Pour lui, le groupement s’affirme enfin comme “l’un des outils qui répond le mieux aux attentes de notre agriculture. Les chiffres parlent d’eux mêmes : la progression du nombre d’adhérents et de salariés démontre que l’emploi partagé est une des solutions d’avenir dans le maintien d’une agriculture vivante, dynamique, économiquement sure, et représente aussi une solution qui participe au maintien du tissu rural”.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui