L'Union du Cantal 02 décembre 2009 à 15h40 | Par R. Saint-André

“À armes égales”, Alain Calmette écrit aux élus

Le bureau de l’association Cantal au cœur de l’Afrique présidée par Pierre Monthoil, en présence du père Jean-Marie, curé de Jussac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Ils sont au moins d’accord sur un point. Tant le président du Conseil général que le porte-parole du groupe socialiste de l’Assemblée départementale conviennent que le budget 2010 du Conseil général sera forcément équilibré. Pourtant, quelle passe d’armes ! Tout a commencé lors de la session d’orientations budgétaires. Le ton moins courtois du groupe d’opposition a surpris, tant il tranchait avec celui adopté jusqu’alors. Une attaque en règle contre la gestion de la collectivité départementale, qualifiée de “championne d’Auvergne de la fiscalité”. Un terme qui a rendu le président Descœur (UMP) rouge de colère. Pour dénoncer des propos “excessifs, inélégants et déplacés”, celui-ci a choisi d’écrire la semaine dernière aux 3 000 élus du Cantal (conseillers municipaux, maires, etc). Cette semaine, ils ont également reçu un courrier, adressé cette fois par Alain Calmette (PS). À son tour de qualifier la réaction du président de “disproportionnée”. Il croit y voir un signe que la situation est grave...

Alain Calmette, maire d’Aurillac et conseiller général d’opposition.
Alain Calmette, maire d’Aurillac et conseiller général d’opposition. - © P.O.

Un département endetté

Lors d’une conférence de presse, le maire d’Aurillac a révélé les grandes lignes de cette réponse. “La situation financière de ces dernières années s’est fortement dégradée”, dit-il en évoquant une dérive financière et en s’appuyant sur la conclusion de l’étude conduite par le cabinet Knopfler. “Sans mesure corrective, il faudra 7 millions pour équilibrer le budget 2010 et si on ne réagit pas, il manquera 42 millions en 2014”. Un constat qu’il illustre aussi par le taux d’endettement par habitant le moins favorable de France (avec 993 euros/habitant), juste avant la Corrèze (présidée par le socialiste François Hollande et qui accuse 1 164 euros de dette par habitant)... Des chiffres donnés par la Direction générale des collectivités locales, au ministère de l’Intérieur. L’opposition fait aussi valoir un taux d’épargne brute de 24,7 millions d’euros en 2007, qui s’effondre à 16,4 millions en 2008, une capacité de désendettement de dix ans, un investissement par l’emprunt excessif, etc. “Nous sommes dans notre rôle d’opposant, d’alerter, comme nous l’avons toujours fait”, remarque le conseiller général Calmette pour qui “le Département a investi à tout va”.

La peur d’une barrière d’ajustement aurillacoise

La solution, selon l’opposition, consisterait donc à faire des choix. À recentrer les interventions sur ses compétences obligatoires. Une proposition surprenante de la part d’un élu à la tête d’un exécutif et qui profite pourtant directement des aides départementales allouées aux collectivités locales. Cela pourrait revenir à scier une branche sur laquelle la

collectivité bâtit son nid. D’ailleurs, fort prudemment, Alain Calmette précise qu’il sera vigilant à ce que les Aurillacois ne fassent pas les frais d’un traitement qui ne serait pas équitable. Vincent Descœur rappelle lui que le Conseil général a déjà soutenu des projets structurants sur le bassin aurillacois (Prisme, centre aquatique, médiathèque communautaire, etc), qu’il a investi 1,4 million d’euros dans la zone du Puy-d’Esban... “Je continuerai à accompagner les projets qui contribuent au développement de ce département en dehors de toute appréciation partisane”, garantit le président. Le maire d’Aurillac reconnaît de son côté que la “concomitance de la décision de la Cnac(1), défavorable à l’installation de la zone commerciale de Sablière, a aiguisé les tensions”. Vincent Descœur se défend pourtant avec véhémence d’une quelconque intervention politique sur ce dossier.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui