L'Union du Cantal 30 mai 2007 à 00h00 | Par P.Piganiol

22 candidats brigueront les suffrages le 10 juin pour deux sièges de député

Douze dans la première circonscription, dix dans la deuxième : 22 candidats participeront le 10 juin au premier tour des élections législatives dans le Cantal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les 10 et 17 juin, les Français sont appelés à voter pour élire leurs 577 députés.
Les 10 et 17 juin, les Français sont appelés à voter pour élire leurs 577 députés. - © L'Union du Cantal
22 candidats aux élections législatives s'affronteront le 10 juin au premier tour : 12 dans la première circonscription d’Aurillac, 10 dans la deuxième (qui regroupe les arrondissements de Mauriac et Saint-Flour). C’est moins que lors des législatives de 2002, où un chiffre record de 26 candidatures avait été enregistré (16 dans la première circonscription, 10 dans la deuxième), contre 15 en tout seulement au premier tour en 1997. Dans cet ensemble, quelques semaines après la victoire de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles, les deux candidats de l’UMP font plus que jamais figure de favoris, même si la partie sera sans doute plus rude dans la première que la deuxième circonscription.
Une circonscription très disputée
C’est Vincent Descœur, président du Conseil général, qui porte les couleurs de l’UMP dans la circonscription d’Aurillac, où le député sortant Yves Coussain ne se représente pas. Il aura pour principal adversaire le maire de Crandelles et conseiller général de Jussac, Jacques Markarian, candidat du Parti socialiste. Son prédécesseur, René Souchon, était arrivé en deuxième position en 2002 avec un peu plus de 29 % des voix derrière le député sortant (30,23 %). Comme Yves Coussain il y a cinq ans, Vincent Descœur devra aussi compter à droite avec la candidature de François Vermande, conseiller général de Maurs qui, sous la même étiquette divers droite, avait alors recueilli 11,58 % des voix et était arrivé en troisième position. Autre candidate sérieuse à en juger par le score de François Bayrou aux dernières élections présidentielles : Christiane Missègue, qui se présente pour la première fois à une élection sous la bannière du nouvel “UDF - Mouvement démocrate”.
Alain Marleix dès le premier tour ?
Les choses sont plus claires dans la deuxième circonscription. Constamment réélu depuis 1993, presque toujours dès le premier tour (55,96 % des voix en 2002), le député sortant Alain Marleix (UMP) ne devrait pas être inquiété outre mesure. D’autant qu’il n’aura pas cette fois face à lui le candidat divers-droite Louis Galtier, conseiller général de Pierrefort, qui avait tenté l’aventure en 2002 (12,03 % des voix). De même que les candidats d’extrême droite seront totalement absents le 10 juin dans sa circonscription. De son côté, le Parti socialiste présente une nouvelle candidate, peu connue des électeurs, Marie-Thérèse Salles qui, comme en 2002 Nicole Goueffic-Collange (14,60 % des voix), devra compter avec les prétentions à gauche de Marc Petitjean, maire de Celoux, candidat sous la bannière du MRC (Mouvement républicain et citoyen) de Jean-Pierre Chevènement, qui avait rallié 6,17 % des votants il y cinq ans. Après un long suspense, “L’UDF - Mouvement démocrate” de François Bayrou sera lui aussi représenté dans la deuxième circonscription par Jean-Pierre Lagane, l’animateur des cafés-philo de Salers (candidat aux élections cantonales il y a trois ans), qui part avec le handicap de démarrer tardivement sa campagne.


Des deux côtés du Lioran
Plusieurs autres partis aligneront des candidats des deux côtés du Lioran : ainsi du Parti communiste, des Verts de Dominique Voynet, de Lutte ouvrière d’Arlette Laguiller ou de “La France en action” (mouvement présidé au niveau national par Jean-Marc Governatori). Ce ne sera pas cette fois le cas pour le Front national de Jean-Marie Le Pen, présent seulement sur la circonscription d’Aurillac. De même que la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) d’Olivier Besancenot. Tandis que, dans la deuxième circonscription, une candidate portera la voix du Parti des travailleurs de Gérard Schivardi, un autre les couleurs du Mouvement écologiste indépendant d’Antoine Waechter. Et puis, comme il suffit d’avoir 23 ans au moins et de jouir de ses droits civiques pour participer à cette élection, il y a les candidatures isolées et plus ou moins fantaisistes, à l’image de celle de François Bré, un habitant d’Aurillac qui se présente avec son épouse comme suppléante sous l’étiquette “indépendantiste cantalou”...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui