L'Union du Cantal 11 mars 2009 à 15h56 | Par P. O.

2008 : une année globalement favorable aux entreprises du Cantal

Selon l’enquête annuelle de la Banque de France d’Aurillac, le chiffre d’affaires des entreprises du département a progressé en 2008, hormis dans le secteur du BTP.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La publication des résultats synthétiques de l’enquête annuelle réalisée par la Banque de France d’Aurillac sur la situation des entreprises cantaliennes en 2008 pourrait presque paraître anachronique tant la conjoncture et la lisibilité des opérateurs économiques s’est dégradée depuis. Pour autant, les réponses formulées par les chefs d’entreprise révélaient déjà en fin d’année dernière leur sentiment de perspectives peu favorables pour 2009, tant en matière d’activité que d’emploi et d’investissement. Mais pour revenir à l’année 2008, on retiendra tout d’abord qu’elle s’est inscrite dans la poursuite de la croissance constatée les années antérieures avec une progression du chiffre d’affaires (CA) des entreprises : + 5,9 % dans le secteur industriel largement représenté dans l’échantillon des 115 entreprises qui ont répondu à cette enquête. Une tendance haussière, certes moins marquée, mais également de mise chez les transporteurs routiers de marchandises (+ 3,6 % de CA en 2008 contre + 20,9 % en 2006).

Ralentissement en milieu d’année

Une évolution du chiffre d’affaires que le directeur de la Banque de France, Philippe Saignes-Vialleix, tempère néanmoins évoquant dans son analyse un “effet prix important dû à la flambée des cours des matières premières au premier semestre”, effet qui a notamment joué dans l’industrie agro-alimentaire. Même bémol du côté du transport routier de marchandises dont les entreprises ont fortement augmenté le prix de leurs prestations pour tenter de répercuter partiellement l’envolée des cours de ces matières premières. Au final, bon nombre de dirigeants (80 % dans le transport routier) signalent une réduction de leur marge et une perte de rentabilité. Après “plusieurs années de forte croissance alimentée aussi bien par la demande des particuliers que par les importants chantiers des collectivités locales”, le BTP a lui au contraire connu un retournement de tendance avec un repli de 0,4 % du CA des entreprises enquêtées, analyse la Banque de France. D’ailleurs, dès le milieu d’année, le rythme de l’activité économique a subi un essoufflement progressif “en réaction à la baisse de la demande et pour contenir l’évolution des stocks”, poursuit la succursale. Des signes avant-coureurs de l’érosion progressive attendue - et constatée depuis - des carnets de commande qui ont conduit les entreprises à la prudence et donc à envisager globalement de lever le pied sur leurs investissements, contribuant par là-même à alimenter le ralentissement économique et la perte de confiance de l’ensemble des opérateurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui